Afrique: Faut-il plus d’aides au développement? Des investissements directs étrangers?

- Publicité -

Aurions-nous mieux réussi s’il n’y avait pas d’interventions étrangères en terme d’aides et si nous étions entièrement laissés au mécanisme de libre marché? Les défenseurs de l’école de pensée néolibérale ont été les plus critiques à l’égard de l’aide étrangère tout en soutenant ardemment le libre-échange et les affaires. Ils ont souligné à juste titre que l’aide a eu un impact limité sur la réduction de la pauvreté et a aggravé le syndrome de dépendance. Selon eux, c’est l’entrepreneuriat et la robustesse du secteur privé qui sont en fin de compte les moteurs de la croissance économique, et il ne fait aucun doute que la croissance économique et la force d’une nation dépendent de la vitalité de son secteur privé et de ses entreprises.

Mais c’est à peu près aussi loin que le néolibéralisme peut aller en termes de cohérence logique; le reste est plein de faiblesses. En fait, il ne décrit ni la réalité correctement ni n’offre de prescriptions politiques convaincantes et responsables. Il ne tient pas compte de tant de facteurs en jeu, en particulier dans notre pays, où les problèmes qui rendent l’aide inefficace sont aussi ceux qui entravent l’activité et l’économie en général. Si plus d’affaires et d’investissements avec moins d’aide étaient la réponse à la situation difficile de notre pays, alors l’aide n’aurait pas été le problème en premier lieu. Ce qui rend l’aide inefficace et problématique, c’est aussi ce qui rend les entreprises et les investissements inefficaces et problématiques.

Les racines de l’échec de l’Afrique sont structurelles et conjoncturelles

En effet, lorsqu’il y a peu d’entreprises prospères et que le développement industriel est pratiquement au point mort, il doit y avoir de bonnes raisons pour cet état de fait. En termes d’aide au développement, les partenaires étrangers, le gouvernement hôte et d’autres entités partagent la responsabilité, et il y a donc au moins un certain niveau de gouvernance exercé pour les projets. Mais dans les entreprises privées, rien ne garantit une telle gouvernance.

- Publicité -

Le modèle d’affaires de notre pays ne se limite pas à ce que l’on peut imaginer, et s’attaquer aux questions politiques pertinentes devrait commencer par la compréhension des facteurs plus fondamentaux qui se cachent sous la surface. Avoir une image trop rose du rôle du secteur privé et des entreprises lorsque le tissu social et le rôle du gouvernement restent très faibles est tout simplement naïf et préjudiciable: la mauvaise gestion, les inefficacités, les fermetures et la corruption sont le prix à payer par cette façon de penser. 

Au fond, la tâche d’édification de la nation est en grande partie inachevée et en cours, et le tissu social et le capital social sont encore faibles. Dans ces circonstances, l’aide étrangère et les entreprises ne peuvent pas être si clairement distinguées les unes des autres, et les deux sont nécessaires, et les affaires ne sont pas des affaires au sens strict. En d’autres termes, dans de nombreux cas, une sorte d’aide au développement doit être impliquée pour soutenir même les activités commerciales privées.

Par exemple, en raison de divers risques commerciaux posés par des problèmes de sécurité, une administration et une gouvernance faibles, une infrastructure médiocre, le manque de main-d’œuvre locale productive, etc., les entreprises étrangères souhaitant faire des affaires sérieuses dans notre pays doivent entreprendre des activités bien au-delà de la portée traditionnelle de l’entreprise privée: offrir un soutien technique, une formation en matière de capacité, voire une gouvernance et une infrastructure physique, en plus de faire appel à des capitaux et à du personnel de gestion.

- Publicité -

Ce ne sont pas les partenariats commerciaux habituels entre les collaborateurs commerciaux «égaux» que nous avons et aurons donc dans ce sens, et c’est «Partenariat dépendant» qui est probablement un meilleur terme pour décrire cela. Ainsi l’aide étrangère n’a pas causé de problèmes à notre pays; c’est ce dernier qui a invité le premier. Elle a certes ses propres défauts, mais cela est dû à diverses limites dans la réalité, donc ce ne peut pas être le problème central. De toute évidence, sans l’aide étrangère, il est probable que notre situation aurait été bien pire.

La raison de nos malheurs

Fondamentalement, nous restons pauvres et sous-développés non pas parce que nous manquent des ressources et des moyens, mais parce que nous avons des problèmes de gestion de haut en bas dans tous les secteurs. C’est le reflet de de notre incapacité à assumer notre mission de développement national. Et puis, le commerce et l’investissement ne se font pas simplement en le souhaitant; cela doit avoir un sens commercial. Les affaires ne se font pas dans le vide, mais suivent des marchés rentables tout en évitant les risques. Et pour que les affaires prospèrent dans notre pays, beaucoup de choses doivent être améliorées ou sécurisées, comme l’éthique du travail, les compétences et les capacités des habitants, la responsabilité, la bonne gouvernance, le soutien actif du gouvernement, une meilleure sécurité (comprise dans tout son sens: physique-sociale-économique-alimentaire), etc.

La vérité est que lorsque nous commencerons à relever nos défis fondamentaux et à les attaquer courageusement, l’aide étrangère se dissipera naturellement. C’est à nous de savoir ce que nous voulons et ce que nous faisons courageusement et intelligemment pour y arriver, en prenant notre destin en main. Nous devons travailler d’arrache-pied pour surmonter nos lacunes dans les fondamentaux, tout en s’attaquant aux nombreuses négativités ou «fuites» qui entravent notre progrès. Dans ces circonstances, remplacer l’aide étrangère par des entreprises et des investissements ne fera pas de merveilles, comme certains l’ont suggéré.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share