Une bénédiction tragique: les pays pauvres et la malédiction des ressources

- Publicité -

Tout au long de l’histoire, la lutte pour le contrôle des ressources naturelles a déclenché des conflits à travers le monde. Cela n’est nulle part plus vrai que dans les pays en développement, plus précisément, en République Démocratique du Congo. Il est rare que les populations des pays en développement disposant d’abondantes ressources naturelles profitent de ces richesses. Qu’il s’agisse de vastes réserves de pétrole ou de minéraux, d’eau ou d’un climat propice à de cultures de rente telles que le café et le cacao, de nombreux pays en développement riches en ressources finissent par être bien pire que les pays sans. C’est la «malédiction des ressources»: des richesses gaspillées et s’accumulent des problèmes qui détruisent les pays pauvres riches en ressources naturelles.

La corruption

La corruption est peut-être le problème le plus connu auquel sont confrontés les pays à faible revenu et riches en ressources. Dans nombre de ces pays, les politiciens et les entreprises privées se remplissent les poches aux dépens de la population en général. Cela peut conduire à des conflits, mais pas toujours à une violence physique extrême. Par exemple, le scandale Petrobras au Brésil a vu des personnalités politiques de haut rang détourner secrètement des fonds de la compagnie pétrolière d’État. De même, le gouverneur de la banque centrale nigériane a accusé le pouvoir d’avoir volé des millions de dollars de pétrole. La corruption est souvent étroitement associée aux régimes autocratiques, mais le cas du Brésil montre que la corruption existe dans les États démocratiques.

En conséquence, siphonner l’argent des entreprises publiques signifie qu’il n’y a pas suffisamment d’argent pour financer les services publics. Cela peut affecter la fourniture de soins de santé, par exemple.

La Guerre

- Publicité -

Dans les cas extrêmes, la lutte pour le contrôle des ressources naturelles peut conduire à la guerre civile. La Sierra Leone est un bon exemple. Dans ce pays, la lutte pour le contrôle des gisements de diamants alluviaux du pays a contribué à déclencher la guerre civile et a financé les parties engagées dans le conflit. Plus récemment, des commentateurs allèguent que le contrôle des gisements de pétrole a contribué à déclencher une guerre civile au Soudan, qui a conduit à la division du pays en 2011. De plus, le conflit sur les réserves de pétrole dans le nouveau Soudan du Sud persiste.

De même, les ressources naturelles ont déclenché des guerres internationales. L’invasion du Koweït par l’Irak dans les années 1980 a conduit à la première guerre du Golfe. De plus, beaucoup de gens pensent que le pétrole a été un facteur de motivation clé dans la Seconde Guerre du Golfe. De plus, la fragilité de ces États, le laxisme de la sécurité et la mauvaise gestion des ressources naturelles contribuent au déclenchement de la guerre dans ces pays.

La RDC, l’exemple type

La République démocratique du Congo (RDC) est un exemple qui donne à réfléchir de la «malédiction des ressources». Elle possède d’importantes réserves de cuivre, de diamants, de coltan, de pétrole, de cobalt, d’or et d’argent. Néanmoins, cette immense richesse n’a pas profité à la majorité de la population de la RDC. Depuis la Seconde Guerre mondiale, six millions d’habitants de la RDC sont morts à cause de la guerre, de la malnutrition et de la maladie. De plus, le pays a connu d’immenses troubles politiques et l’anarchie. Ceux-ci peuvent être liés à un régime autoritaire corrompu et affaibli et à des tensions ethniques persistantes. Par ailleurs, la présence d’entreprises internationales en RDC a alimenté l’instabilité du pays.

Demande des consommateurs occidentaux et de la RDC

- Publicité -

La demande des consommateurs occidentaux est une incitation majeure pour les entreprises à continuer à exploiter les richesses naturelles de la RDC. Le minéral, le coltan, est utilisé pour produire des appareils électroniques tels que des ordinateurs portables et des téléphones portables. 85% des réserves mondiales de coltan existent en RDC.

L’extraction du coltan a eu un impact catastrophique sur la RDC. Tout d’abord, l’extraction irresponsable crée plusieurs risques pour la santé des personnes vivant à proximité des mines. De plus, les entreprises impliquées dans l’extraction de minéraux ont conclu des accords avec des dirigeants locaux qui sont souvent des chefs de guerre. En conséquence, notre demande pour le dernier smartphone remplit les coffres de diverses factions dans la guerre civile en cours dans le pays. Cependant, en raison de la forte demande de produits technologiques en Occident, les entreprises sont peu incitées à modifier leur comportement. Par conséquent, leurs activités contribuent à alimenter le conflit en RDC.

Les Défis

La dernière décennie a vu une vague de découvertes de ressources naturelles. Des facteurs tels que la croissance démographique, l’urbanisation et l’augmentation des niveaux de consommation ont fourni leur incitation. L’avènement de nouvelles technologies d’extraction et de traitement des ressources naturelles a également été un facteur contributif. En outre, des pays comme le Mali, la RDC et le Soudan du Sud ont connu une demande de ressources.

- Publicité -

Par conséquent, la gestion efficace des ressources est un défi majeur. Pour s’assurer que l’ensemble de la population puisse bénéficier de la richesse des ressources, les gouvernements locaux doivent mettre en œuvre des politiques solides. Par exemple, certains gouvernements ont utilisé des politiques de « stabilisation ». Lorsque les prix du pétrole sont élevés, les gouvernements mettent des revenus de côté ; lorsque les prix baissent, les gouvernements utilisent les fonds pour amortir le coup. De plus, les entreprises impliquées dans l’extraction doivent investir dans les communautés locales.

Conclusion

Les ressources naturelles des pays en développement peuvent provoquer des conflits, alimenter la corruption et accroître les inégalités sociales. À moins qu’il n’y ait un changement radical non seulement dans la culture politique et sociale des pays eux-mêmes, mais aussi dans l’attitude des entreprises et des consommateurs, les pays en développement riches en richesses naturelles continueront de subir la « malédiction des ressources ».

Samuel Shamamba.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share