”Why Nations Fail”, de Daron Acemoglu et James A. Robinson – Analyse de l’œuvre

- Publicité -

Dans ”Why Nations Fail”, Daron Acemoglu et James A. Robinson, deux spécialistes du développement énergiques et très respectés, commencent par un peu de recul: même dans le climat économique morose d’aujourd’hui, l’Américain moyen est sept fois plus prospère que le Mexicain moyen, 10 fois plus prospère que la moyenne péruvienne, environ 20 fois plus prospère que l’habitant moyen de l’Afrique subsaharienne et environ 40 fois plus prospère que le citoyen moyen de pays africains particulièrement désespérés comme le Mali, l’Éthiopie et la Sierra Leone. Qu’est-ce qui explique des disparités aussi stupéfiantes?

La réponse des auteurs est simple: «institutions, institutions, institutions». Ils sont impatients avec les arguments traditionnels des sciences sociales en faveur de la persistance de la pauvreté, qui l’attribuent diversement à la malchance géographique, aux modèles culturels entravés ou aux dirigeants et technocrates ignorants. Au lieu de cela, «Pourquoi les nations échouent» se concentre sur les courants historiques et les moments critiques qui façonnent les politiques modernes: les processus de dérive institutionnelle qui produisent des institutions politiques et économiques qui peuvent être inclusives – axées sur le partage du pouvoir, la productivité, l’éducation, les progrès technologiques et le bien-être de la nation dans son ensemble; ou extractif – déterminé à s’emparer des richesses et des ressources d’une partie de la société au profit d’une autre.

Les institutions politiques et économiques extractives

Pour comprendre à quoi ressemblent les institutions extractives, considérons les Grosses Légumes, le surnom congolais sardonique de la clique obscènement choyée autour de Mobutu Sese Seko, l’homme fort qui a gouverné ce qui est aujourd’hui la République démocratique du Congo de 1965 à 1997. Lorsque Mobutu a décrété qu’il voulait se construire un palais dans sa ville natale, notent les auteurs, il s’est assuré que l’aéroport dispose d’une piste d’atterrissage suffisamment grande pour accueillir les Concorde qu’il aimait louer à Air France. Mobutu et les Grosses Légumes n’étaient pas intéressées par le développement du Congo. Ils étaient intéressés à l’exploiter à ciel ouvert, en aspirant sa vaste richesse minérale pour eux-mêmes. Ils étaient, au mieux, des vampires capitalistes.

- Publicité -

Mais les racines de la pauvreté et des conflits cauchemardesques du Congo remontent à des siècles. Avant l’arrivée des impérialistes européens, ce qui était alors connu sous le nom de Royaume du Kongo était gouverné par les précurseurs oligarchiques des Grosses Légumes, qui tiraient leur richesse stupéfiante d’une fiscalité arbitraire et d’un commerce d’esclaves intense. Et lorsque les colons européens sont arrivés, ils ont aggravé une situation épouvantable, en particulier sous le règne rapace du roi Léopold II de Belgique. Lorsque le Congo a finalement obtenu son indépendance en 1960, c’était un État faible et décentralisé chargé d’une classe politique prédatrice et d’institutions économiques exploiteuses – trop faibles pour fournir des services de base mais juste assez forts pour garder Mobutu et ses acolytes au sommet; trop pauvre pour subvenir aux besoins de ses citoyens mais juste assez riche pour donner aux élites de quoi se battre.

La logique de la pauvreté

Acemoglu et Robinson soutiennent que lorsque vous combinez des régimes pourris, des élites exploiteuses et des institutions égoïstes avec des États fragiles et décentralisés, vous avez quelque chose de proche d’une prescription pour la pauvreté, les conflits et même l’échec pur et simple. «Les nations échouent», écrivent les auteurs, «quand elles ont des institutions économiques extractives, soutenues par des institutions politiques extractives qui entravent et même bloquent la croissance économique». Mais même si des cercles vicieux tels que celui du Congo peuvent engendrer la pauvreté, des cercles vertueux peuvent aider à infléchir le long arc de l’histoire vers la croissance et la prospérité. Comparez le conflit et la misère au Congo avec le Botswana – qui, lorsqu’il a obtenu son indépendance en 1966, ne comptait que 22 diplômés universitaires, 11 kilomètres de routes goudronnées et des régimes suprémacistes blancs sur la plupart de ses frontières. Mais le Botswana a aujourd’hui «le revenu par habitant le plus élevé d’Afrique subsaharienne» – à peu près au niveau de réussites telles que la Hongrie et le Costa Rica.

Comment le Botswana s’en est-il tiré? «En développant rapidement des institutions économiques et politiques inclusives après l’indépendance», écrivent les auteurs. Le Botswana organise régulièrement des élections, n’a jamais connu de guerre civile et applique les droits de propriété. Il a bénéficié, selon les auteurs, d’une centralisation modeste de l’État et d’une tradition de limitation du pouvoir des chefs tribaux qui avaient survécu à la domination coloniale. Lorsque les diamants ont été découverts, une loi clairvoyante a veillé à ce que les nouvelles richesses soient partagées pour le bien national, et non pour le gain de l’élite. Au moment critique de l’indépendance, de sages dirigeants botswanais tels que son premier président, Seretse Khama, et son Parti démocratique du Botswana ont choisi la démocratie plutôt que la dictature et l’intérêt public plutôt que la cupidité privée.

- Publicité -

En d’autres termes: c’est la politique, stupide qui est la cause de la pauvreté. Le Botswana de Khama a réussi à mettre en place des institutions susceptibles de produire la prospérité. Le Congo de Mobutu et le Zimbabwe de Robert Mugabe n’ont même pas essayé. Acemoglu et Robinson soutiennent que les manifestants de la place Tahrir en Égypte avaient raison: ils étaient retenus par un État corrompu et imprudent et une société qui ne les laissait pas utiliser pleinement leurs talents. L’Égypte était pauvre «précisément parce qu’elle était dirigée par une élite étroite qui a organisé la société pour son propre bénéfice aux dépens de la grande masse de la population».

Logique simple et complexe

Des nations aussi malheureuses que la Corée du Nord, la Sierra Leone, Haïti et la Somalie ont toutes laissé leur autorité concentrée dans quelques mains tenaces, qui utilisent toutes les ressources qu’elles peuvent saisir pour resserrer leur emprise sur le pouvoir. La formule est claire: des gouvernements et des institutions inclusifs signifient prospérité, croissance et développement soutenu; les gouvernements et les institutions extractives sont synonymes de pauvreté, de privation et de stagnation, même au cours des siècles. Le cycle déprimant dans lequel une oligarchie remplace souvent une autre a signifié que «les terres où la révolution industrielle ne s’est pas propagée à l’origine restent relativement pauvres». Rien ne réussit comme le succès, soutiennent Acemoglu et Robinson, et rien n’échoue comme l’échec.

Et la Chine, de plus en plus citée comme un nouveau modèle de «croissance autoritaire»? Les auteurs sont respectueux mais finalement peu impressionnés. Ils admettent volontiers que les régimes extractifs peuvent produire une croissance économique temporaire tant qu’ils sont politiquement centralisés – il suffit de penser à l’Union soviétique pré-Brezhnev, dont le système économique avait autrefois ses propres admirateurs occidentaux. Mais alors que «les institutions économiques chinoises sont incomparablement plus inclusives aujourd’hui qu’il y a trois décennies», la Chine est toujours fondamentalement aux prises avec un régime extractif.

- Publicité -

Dans un délai assez court, ces économies autoritaires commencent à siffler: en étouffant les incitations au progrès technologique, à la créativité et à l’innovation, elles étouffent une croissance et une prospérité soutenues à long terme («Vous ne pouvez pas forcer les gens à penser et à avoir de bonnes idées en les menaçant de leur tirer dessus», notent sèchement les auteurs). La croissance chinoise, affirment-ils, «est basée sur l’adoption des technologies existantes et des investissements rapides», processus de destruction créatrice qui produit une innovation et une croissance durables. En important des technologies étrangères et en exportant des produits bas de gamme, la Chine joue un jeu fougueux de rattrapage, mais ce n’est pas ainsi que les courses sont gagnées.

Alors, comment aider le monde en développement?

Certainement pas en réduisant l’aide étrangère ou en la conditionnant; comme le notent les auteurs, on ne s’attendrait guère à ce que quelqu’un comme Mobutu rejette soudainement les institutions exploiteuses qui sous-tendent son pouvoir «juste pour un peu plus d’aide étrangère», et même un peu de soulagement pour les vraiment désespérés, même s’ils sont administrés de manière inefficace, est bien mieux que rien. Mais en fin de compte, au lieu d’essayer de cajoler les dirigeants opposés aux intérêts de leur peuple, les auteurs suggèrent que les donateurs feraient mieux de structurer l’aide étrangère de manière à ce qu’elle cherche à attirer des groupes et des dirigeants marginalisés et exclus, et autonomise des sections plus larges de la population. Pour Acemoglu et Robinson, il ne suffit pas d’échanger simplement un groupe d’oligarques contre un autre.

Critique de l’œuvre

“Pourquoi les nations échouent” n’est pas parfait. La taxonomie de base de l’inclusion par rapport à l’extraction commence à devenir répétitive. Après des chapitres de brio, les auteurs semblent presque penauds devant le flou de leurs derniers conseils politiques. Et leur ampleur et leur enthousiasme engendrent à la fois des rires d’admiration – un chapitre assez représentatif des plans quinquennaux soviétiques à la révolution néolithique et aux anciennes cités mayas – et des gloussements occasionnels de prudence.

Il faudrait plusieurs bataillons de spécialistes régionaux pour revérifier leur histoire et leur analyse, et bien que l’image globale soit détaillée et convaincante, les auteurs devraient avoir une moyenne au bâton vraiment surhumaine pour obtenir toutes les nuances. Leur traitement du Moyen-Orient, par exemple, est largement persuasif, mais ils sont un peu durs envers l’Empire ottoman, qu’ils qualifient fondamentalement de «hautement absolutiste» sans noter sa diversité frappante et ses arrangements sociopolitiques relativement inclusifs, qui ont souvent donné aux minorités communautés beaucoup plus de marge de manœuvre (et d’espace pour l’entrepreneuriat) que leurs coreligionnaires européens.

Joseph  baraka.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share