Éco-impérialisme : le nouveau type de colonialisme de l’Occident

- Publicité -

L’agenda environnemental mondial, parallèlement au large agenda néolibéral, peut être considéré par les États et les sociétés en développement comme une aventure néo-impérialiste à laquelle il faut résister. La vision éco-impérialiste  prive beaucoup des nations d’opportunités économiques et privilégie à tort l’intégrité environnementale au détriment du progrès économique, privant les affamés et les désespérés d’une chance d’avoir une vie meilleure. Dans cette optique, l’environnementalisme est davantage interprété comme une imposition de “valeurs” étrangères et comme une violation de la souveraineté nationale. Dans cet esprit, cet article soutient que l’éco-impérialisme est une nouvelle forme de colonisation et que les dirigeants africains devraient très vite s’affranchir des rhétoriques et des idées écologistes s’ils veulent voir l’Afrique ne pas sombrer éternellement dans la pauvreté.


Globalement, il y a un mouvement pour éliminer les résidus de l’impérialisme occidental de tous les secteurs de la société. Partout dans le monde, des monuments dédiés aux explorateurs et hommes d’État occidentaux sont renversés. Les militants du monde en développement et leurs alliés en Occident affirment que les pays en développement doivent être autorisés à tracer une nouvelle voie sans l’ingérence culturelle de l’Occident.

Pourtant l’Occident perpétue une forme de colonialisme en Afrique : l’éco-impérialisme. Parce que les progressistes occidentaux aiment ce genre d’impérialisme, nous en entendons rarement parler. Les gens raisonnables croient que les pays en développement ont le droit à l’autodétermination, mais l’agenda éco-impérialiste de l’Occident n’a pas réussi à inviter un venin égal. En d’autres termes, l’Occident a montré qu’il avait l’intention de se mêler des affaires intérieures des pays en développement au nom de l’environnementalisme.

- Publicité -

Les pays occidentaux, en revanche, ont eu le luxe d’exploiter leurs ressources et leurs sources d’énergie sans être confrontés à de sombres conférences sur le changement climatique, et les pays africains devraient bénéficier du même privilège. Les pays africains, par exemple, sont régulièrement sermonnés par l’Occident sur la nécessité de réduire les émissions et d’utiliser des sources d’énergie plus chères et moins productives. Cela coûte cher à ces pays et limite l’autodétermination locale.

De plus, contrairement aux rapports, le changement climatique est un problème ancien et l’histoire enregistre notre capacité à nous adapter à un climat imprévisible. Il n’y a pas non plus de consensus sur le fait que le CO2 est un polluant. Ces problèmes ne seront pas repris dans cet article, car ils ont été traités en détail dans un article précédent. Par conséquent, il est juste que nous renoncions à l’émotivité de ceux qui préféreraient que les pays africains risquent leur santé financière sur la base de données non concluantes.

Ce problème va bien sûr au-delà des questions de changement climatique. Au Kenya, par exemple, le DDT a été déployé pour freiner la propagation du paludisme, jusqu’à la disparition de cette politique en 1990 à la demande d’un gouvernement inspiré par la propagande occidentale. Heureusement, pour le Kenya, les idées de certains bureaucrates ont abouti à la reprise de l’utilisation du DDT en 2010. Comme l’a rapporté en 2009 Willis Akhwale, alors chef de l’unité de lutte contre le paludisme au Kenya : “De nouvelles études ont montré que les accusations antérieures concernant le DDT étaient largement incorrectes. . Le pesticide peut être utilisé sans danger dans la lutte contre le paludisme, si, comme d’autres produits chimiques, il est utilisé de manière responsable”.

- Publicité -

La vérité est que le DDT n’a jamais fait l’objet d’une audience impartiale avant la décision de mettre fin à son utilisation. L’économiste Roger Bates énonce les problèmes sans ambages : “Malgré le fait que bon nombre des craintes entourant le DDT étaient fondées sur des études inadéquates et non scientifiques, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a interdit le DDT en 1972…. L’administrateur de l’EPA, William Ruckelshaus, a annulé les rapports scientifiques et les preuves de nombreux témoins experts qui s’opposaient fermement à une interdiction du DDT”.

En fait, une étude de 2011 a révélé que l’impact du DDT sur les lacs en Afrique était non seulement modéré, mais aussi que de faibles niveaux de contamination expliquent l’abondance de la population de flamants nains dans ces milieux aquatiques. Pour des raisons politiques, les pays pauvres sont amenés à mettre en œuvre des programmes coûteux pour caresser l’ego des écologistes aisés, dont le niveau de vie n’est pas affecté par leurs mauvaises idées. En conséquence, Paul Driessen dresse un sombre tableau des conséquences de l’activisme environnemental sur l’Afrique : “Maintenant, alors même que les criquets anéantissent les cultures vivrières de base, des ONG enragées font pression sur le parlement du Kenya pour qu’il interdise plus de 200 pesticides qui ont été approuvés comme étant sans danger pour les cultures, la faune et les gens par les autorités du Kenya et par les régulateurs aux États-Unis, au Canada et dans d’autres pays”.

Comme Driessen le soutient à juste titre, au lieu de promouvoir des techniques agricoles modernes pour l’Afrique, ils annoncent le programme insidieux d’agroécologie avec une fixation sur les pratiques indigènes perçues à l’exclusion des connaissances, des technologies et des équipements qui pourraient réduire la pauvreté et d’autres maux sociaux en Afrique. Il est d’autant plus troublant que l’éco-impérialisme de l’Occident est insuffisamment contesté par les dirigeants africains. Les combustibles fossiles alimentent les énergies renouvelables et sont responsables du niveau de vie plus élevé dans le monde développé en facilitant une production efficace, mais comme le note Samuel Ayokunle Oyo, les décideurs envisagent imprudemment d’interdire les combustibles fossiles : “Au Nigeria, par exemple, des politiques proposées explorant une l’interdiction des systèmes de combustibles fossiles indépendants pourrait éroder les progrès dans l’extension de l’électrification à travers le pays… Ces systèmes de combustibles fossiles font partie de réseaux hybrides d’énergie renouvelable qui jouent un rôle important dans l’électrification durable des communautés mal desservies en Afrique subsaharienne”.

- Publicité -

Les dirigeants africains sont tellement distraits par la rhétorique creuse des écologistes qu’ils peuvent appauvrir leur peuple pour signaler des points communs avec des élites occidentales égarées. De plus, malgré la propension des politiciens africains à décrier le néocolonialisme, il semble que dans le domaine de la gestion de l’environnement, ils soient prêts à faire des concessions à l’Occident. Cependant, la vérité est que bien que la civilisation occidentale soit souvent ridiculisée, la plupart des régions s’inspirent de l’Occident. Ainsi, même si les politiques climatiques du monde occidental sont douteuses, du fait du capital culturel de l’Occident, elles seront exportées ailleurs.

Mais pour exercer véritablement leur souveraineté, les Africains doivent se dégager de l’attrait du gauchisme occidental. Il est illogique de s’opposer à l’impérialisme occidental tout en acceptant des politiques écologiques élaborées par l’Occident qui sont contraires au progrès de l’Afrique. Essentiellement, adopter la rhétorique des écologistes peut estimer les dirigeants africains aux yeux de leurs homologues occidentaux, mais malheureusement, leurs électeurs seront récompensés par la pauvreté.

Journal de référence : Mises InstituteMises WireEco-imperialism : The West’s New Kind of Colonialism.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share