L’Afrique a besoin de carburants conventionnels, pas d’éoliennes et de panneaux solaires

- Publicité -

Les objectifs énergétiques et climatiques que les gouvernements occidentaux, les Nations Unies et d’autres organisations imposent à l’Afrique constituent un coup paralysant pour ses économies. En tant que région la moins développée, l’Afrique devrait sans équivoque donner la priorité au développement économique. On pourrait penser qu’au milieu de la pauvreté énergétique en Afrique, les gouvernements occidentaux et les institutions de «développement» donneraient la priorité à la sécurité énergétique des pays africains plutôt qu’à la transition énergétique. Les pays africains doivent disposer d’une énergie fiable, abondante et bon marché (par exemple, les combustibles fossiles) pour accélérer le développement économique. Les combustibles fossiles alimentent les économies d’énergie et la vie des gens. Refuser à ces pays la possibilité de se développer avec les énergies fossiles en imposant des objectifs climatiques que le monde occidental lui-même ne parvient pas à atteindre est hypocrite. Et malveillant.


Alarmisme climatique et hypocrisie énergétique

De nombreux experts de l’environnement et de l’énergie reconnaissent l’impératif de lutter contre le changement climatique, mais réaffirment qu’il n’y a pas besoin d’alarmisme apocalyptique. Bjørn Lomborg est l’un de ces experts. Dans son livre False Alarm, il affirme que la panique climatique coûte des milliards de dollars et blesse de manière disproportionnée les habitants des pays sous-développés. Il prévient : “Avec 194 signataires, l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, le pacte le plus cher de l’histoire de l’humanité, devrait entraîner des coûts d’environ 1 000 à 2 000 milliards de dollars par an d’ici 2030. De plus en plus de pays promettent de devenir neutres en carbone au cours des prochaines décennies. , ces coûts pourraient atteindre des dizaines de milliards de dollars par an dans les années à venir.

Toute réponse au changement climatique coûtera de l’argent (si résoudre le problème rapportait de l’argent, cela ne serait pas controversé et nous le ferions déjà). Si une politique relativement peu coûteuse pouvait résoudre la majeure partie du problème, cela pourrait être de l’argent bien dépensé. Cependant, il s’avère que l’Accord de Paris, dans son meilleur scénario, n’atteindra qu’un pour cent de ce que les politiciens ont promis (maintenir la température à 1,5 ° C (2,7 ° F)), et à un coût énorme. C’est tout simplement une mauvaise affaire pour le monde. Pire encore, comme la plupart des gouvernements, les gouvernements africains sont techniquement insolvables et dépendent donc de l’aide systémique (c’est-à-dire des prêts et des subventions) pour rester à flot. Les charges fiscales de l’Afrique sont déjà assez lourdes. Une dette accrue, des dépenses déficitaires et des impôts plus lourds nuisent davantage aux économies africaines. L’impression d’argent Fiat ne peut pas aider non plus. En bref, les gouvernements africains ne peuvent pas se permettre les objectifs de transition climatique et énergétique imposés par l’Occident et l’ONU”.

- Publicité -

Une autre de ces voix est Michael Shellenberger, un écologiste chevronné et auteur de Apocalypse Never : Why Environmental Alarmism Hurts Us All. Shellenberger a écrit une lettre dans laquelle, au nom de tous les écologistes, il s’excuse pour la fausse alerte climatique. Une partie de la lettre dit : “Au nom des écologistes du monde entier, je voudrais m’excuser officiellement pour la peur du climat que nous avons créée au cours des 30 dernières années. Le changement climatique est en train de se produire. Ce n’est tout simplement pas la fin du monde. Ce n’est même pas notre problème environnemental le plus grave. Je peux sembler une personne étrange pour dire tout cela. Je suis un militant pour le climat depuis 20 ans et un écologiste depuis 30. Mais en tant qu’expert en énergie demandé par le Congrès à fournir un témoignage d’expert objectif et invité par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) à servir d’examinateur expert de son prochain rapport d’évaluation, je me sens obligé de m’excuser pour la façon dont nous, les écologistes, avons induit le public en erreur”.  L’alarmisme climatique, en effet.

Dans son article “The Reason Renewables Can’t Power Modern Civilization Is Because They Were Never Meant To“, Shellenberger note également que : “Entre 2000 et 2019, l’Allemagne a fait passer les énergies renouvelables de 7% à 35% de son électricité. Et autant de l’électricité renouvelable de l’Allemagne provient de la biomasse, que les scientifiques considèrent comme polluante et dégradante pour l’environnement, que de l’énergie solaire. Sur les 7 700 nouveaux kilomètres de lignes de transmission nécessaires, seuls 8 % ont été construits, tandis que le stockage d’électricité à grande échelle reste inefficace et coûteux. “Une grande partie de l’énergie utilisée est perdue”, notent les journalistes à propos d’un projet de gaz hydrogène très médiatisé, “et l’efficacité est inférieure à 40%… Aucun modèle commercial viable ne peut être développé à partir de cela”.

Pendant ce temps, les subventions de 20 ans accordées à l’éolien, au solaire et au biogaz depuis 2000 commenceront à prendre fin l’année prochaine. “Le boom de l’éolien est terminé”, conclut Der Spiegel. Tout cela soulève une question : si les énergies renouvelables ne peuvent pas alimenter à moindre coût l’Allemagne, l’un des pays les plus riches et les plus technologiquement avancés au monde, comment un pays en développement comme le Kenya pourrait-il jamais s’attendre à ce qu’il lui permette de “sauter” les combustibles fossiles ?”.

- Publicité -

Bien que l’Allemagne soit l’un des pays les plus gravement touchés du monde développé, la crise énergétique est sans aucun doute mondiale. Ainsi, l’Allemagne, les États-Unis, la Chine et d’autres pays cherchent à augmenter la production d’électricité au charbon pour atténuer la crise. Aux États-Unis, l’administration Biden étouffe la production nationale de combustibles fossiles mais demande à l’Arabie saoudite d’augmenter sa propre production. De même, l’Europe se tourne vers les pays africains et autres pour sécuriser l’accès au gaz naturel alors que le continent s’éloigne de l’énergie russe.

Ainsi, l’Occident développé se tourne vers les combustibles fossiles pour résoudre ses problèmes énergétiques, mais l’Afrique sous-développée devrait-elle passer au solaire et à l’éolien ? Cela nous amène à la partie de l’hypocrisie. Lomborg a écrit : “La réponse du monde développé à la crise énergétique mondiale a mis en évidence son attitude hypocrite envers les combustibles fossiles. Les pays riches exhortent les pays en développement à utiliser les énergies renouvelables. Le mois dernier, le Groupe des Sept est allé jusqu’à annoncer qu’il ne financerait plus le développement des combustibles fossiles à l’étranger. Pendant ce temps, l’Europe et les États-Unis supplient les pays arabes d’augmenter la production de pétrole. L’Allemagne rouvre des centrales au charbon, et l’Espagne et l’Italie dépensent beaucoup pour la production de gaz africain. Tant de pays européens ont demandé au Botswana d’extraire plus de charbon que le pays va plus que doubler ses exportations”.

Pendant ce temps, l’Afrique du Sud reçoit de l’argent des pays occidentaux pour éliminer progressivement le charbon tandis que les mêmes pays occidentaux cherchent à augmenter la production d’électricité au charbon. La démonstration d’hypocrisie est flagrante et compromettra gravement le développement économique de l’Afrique. Mais bien que l’ingérence occidentale ait été nuisible, si aujourd’hui les économies africaines sont encore sous-développées et dans un état précaire – plus de cinquante ans après “l’indépendance”, les Africains devraient considérer le leadership, ou son absence, comme le coupable ultime.

Transition énergétique ? Pas exactement

- Publicité -

En théorie, il y a une transition énergétique qui se produit. En réalité, rien de tel ne se produit. La crise énergétique mondiale actuelle démontre de manière concluante que le monde a désespérément besoin de plus, et non de moins, de combustibles fossiles. Prenons le cas de la biomasse, la première source d’énergie utilisée par l’homme. Malgré les énormes progrès technologiques et l’existence du charbon, du pétrole et du gaz naturel, la biomasse fait toujours partie du mix énergétique d’aujourd’hui. Cela étant, cela n’a même pas de sens de parler d’élimination progressive des combustibles fossiles, qui répondent à près de 80 % des besoins énergétiques mondiaux. Penser le contraire est absurde. La transition énergétique n’existe pas. Ce que nous avons, c’est l’accumulation de sources d’énergie. L’humanité a commencé avec la biomasse et au fil du temps a ajouté le charbon, l’hydroélectricité, le pétrole, le gaz naturel, le nucléaire, l’éolien et le solaire. Aujourd’hui, nous pouvons utiliser ces sources d’énergie combinées, et cela n’est pas exactement une transition.

Source: Visual Capitalist.

Une transition de l’énergie fossile vers l’éolien et le solaire est irréalisable pour des raisons matérielles, technologiques et environnementales, entre autres. La production combinée d’énergie de tous les parcs éoliens et solaires existants ne fournit même pas 5 % des besoins énergétiques mondiaux, mais leurs dommages environnementaux sont déjà perceptibles. Par exemple, les parcs éoliens financés par l’Ouest au Kenya menacent les oiseaux, y compris les espèces en voie de disparition. Idem aux États-Unis, où les éoliennes ont tué des aigles et d’autres oiseaux rares. Une seule source d’énergie peut permettre à l’humanité d’éliminer progressivement le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Et c’est le nucléaire. L’énergie nucléaire peut fournir une énergie propre, fiable, abondante et bon marché pour tout le monde et dans un avenir prévisible. Donc, si nous voulons vraiment zéro émission nette et protéger l’environnement, nous devons adopter l’énergie nucléaire. Oui, elle est sûre et peut être rendu encore plus sûr.

L’Afrique sort de la pauvreté énergétique

Il y a quarante ans, l’Angola était embourbé dans des problèmes énergétiques graves et chroniques. Aujourd’hui encore, ces problèmes persistent, malgré le fait que le gouvernement contrôle la production et la distribution de produits et services énergétiques par l’intermédiaire d’entreprises qu’il détient en totalité ou en partie. Indéniablement, le gouvernement n’a pas réussi à fournir aux Angolais des biens et services énergétiques fiables, abondants et bon marché. Et le gouvernement angolais n’est pas le seul gouvernement africain qui n’a pas réussi à assurer la prospérité énergétique de son peuple. Les problèmes énergétiques sont enracinés sur tout le continent. Même en Afrique du Sud, l’État énergétique le plus développé d’Afrique, la situation énergétique va de mal en pis.

De cet fait, les gouvernements africains devraient enfin se retirer, ce qui est le moins qu’ils puissent faire après des décennies d’échecs politiques accumulés, et laisser la libre entreprise et le libre-échange régner sur la production et la distribution d’énergie. Toute personne capable et désireuse de produire, distribuer et vendre des biens et services énergétiques devrait être libre de le faire. Les montagnes onéreuses de réglementations et de mesures bureaucratiques doivent être supprimées. Les politiciens n’ont pas réussi à assurer la prospérité énergétique. Maintenant, les politiciens devraient faire preuve d’humilité et laisser les marchés accomplir leur miracle économique. Le marché libre est l’approche la plus rapide et la plus efficace pour rendre les sociétés africaines durablement riches en énergie.

Conclusion

Le changement climatique est réel. Il en va de même pour l’alarmisme climatique, l’écocolonialisme et l’hypocrisie énergétique occidentale. Les politiques environnementales et énergétiques basées sur la pseudoscience et les rapports exagérés poussent même les économies avancées telles que l’Allemagne et la Californie vers la précarité énergétique et les pannes potentielles. Mais cela n’est rien en comparaison du mal que l’écocolonialisme peut faire, et fait en fait, aux économies et aux vies africaines. Pourtant, aussi hypocrites et malveillants que soient les régimes occidentaux, la responsabilité de l’abondance énergétique et du développement économique incombe entièrement aux décideurs africains.

Sur les mêmes sujets

-- Annonce --
Total
0
Share